Publié par La Team Aquarius

Chaque année, depuis 1643, tous les 8 décembre, Lyon s'est mise sous la protection de la sainte Vierge. Un spectacle de lumières prend forme dans toute la ville, des stations de métro jusqu'à la basilique qui surplombe la ville.

En 1643, année où le sud de la France fut touché par la peste, les échevins de Lyon firent voeux de rendre hommage à la Vierge afin que l'épidémie ne touche pas la ville. De ce fait ils organisaient tous les 8 septembre, jour de la nativité de Marie un cortège qui allait de la chapelle de Fourvière jusqu'à la cathédrale St jean, pour faire don de cierges et d'écus d'or : il s'agit du « Voeux des Echevins ».

En 1852 une statue en or de la vierge est sculptée par Jospeh-Hugues Fabish pour être placée sur la chapelle Fourvière. L'inauguration devait avoir lieux le 8 septembre, mais une crue de la Saône fit que l'archevêché reportât cet évènement au 8 décembre. Le 8 décembre est le jour de l'Immaculée conception. Les jours qui précèdent cette date tout est en place pour les festivités : des feux de Bengale doivent illuminer la statue de Marie, des feux d'artifice sontprévus depuis le haut de la colline et des fanfares doivent jouer dans les rues de la ville. De coutumes les lyonnais allume des cierges a chacune de leurs fenêtres comme cela se fait traditionnellement pour les grands évènements. Mais le 8 décembre au matin, un violent orage s'abat sur la ville, le maitre de cérémonie décide d'annuler la fête et de reporter celle-ci au dimanche suivant. Puis le ciel se dégage et finalement la population lyonnaise d'un geste spontané illumine leur fenêtre, on allume des feux de Bengale à la hâte et les habitants descendent dans les rues, chantent des cantiques et cries « Vive Marie » aux quatre coins de la ville toute la nuit.

Depuis chaque année la fête se poursuit et en 1989, Michel Noir étend les festivités à plusieurs jours, ce qui attire des milliers de visiteurs. Cependant, des communautés déplore le fait que cette fête et perdu son caractère religieux pour faire place à une fête touristique...

Commenter cet article